03/11/2004
  • <b>Jost Bürgi</b><br>Globe céleste, 1594  (Musée national suisse). A l'instar de nombreux savants de la Renaissance, Bürgi conçut ce globe fort complexe, à la fois comme objet d'art et instrument scientifique.

No 8

Bürgi, Jost

naissance 28.2.1552 à Lichtensteig, décès 31.1.1632 à Cassel (Hesse), prot., de Lichtensteig, de Cassel dès 1591, puis sans doute aussi de Prague. Probablement fils de Lienz, serrurier. ∞ 1) fille de David Bramer, pasteur à Felsberg près de Cassel, 2) 1611 Catharina Braun. Beau-frère de Benjamin Bramer, mathématicien. La vie de B., qui semble avoir été l'élève du mathématicien suisse Konrad Dasypodius à Strasbourg, est mal connue avant son engagement en 1579 comme horloger de la cour et astronome du landgrave Guillaume IV de Hesse-Cassel. A ce poste, il participa aux études astronomiques du premier observatoire européen permanent des Temps modernes, créé à l'initiative du landgrave en 1560. Il se chargea de la construction et de l'entretien des instruments astronomiques, horloges et globes et développa de nouveaux instruments de mesure (compas de réduction universel, instrument de triangulation et appareil pour le dessin en perspective). B. devint en 1604 horloger de l'empereur Rodolphe II à Prague, où il demeura jusqu'en 1630. Il s'y lia d'amitié avec Johannes Kepler, qui appréciait ses dons d'observation, son habileté de mécanicien et qui l'incita à développer ses intuitions en mathématique. Il a notamment calculé une table des sinus par pas de deux secondes, le Canon Sinuum (après 1592). Cet ouvrage est perdu, à l'exception de l'introduction, transmise dans une rédaction de Kepler (Coss, vers 1600, éditée en 1973); B. y exposait les principes de l'algèbre de l'époque (celle des "cossistes") et des fractions décimales. Indépendamment de John Neper, qui publia ses travaux en 1614, B. découvrit les logarithmes dès 1588 et en édita une table en 1620 (Arithmetische und Geometrische Progress-Tabulen...). L'un et l'autre systèmes seront supplantés peu après par les logarithmes décimaux de Henry Briggs.


Bibliographie
NDB, 2, 747
DSB, 2, 602-603
– M. List, V. Bialas, Die Coss von Jost Bürgi in der Redaktion von Johannes Kepler, 1973
– L. von Mackensen et al., Die erste Sternwarte Europas mit ihren Instrumenten und Uhren, cat. expo. Cassel, 1979 (31988; avec bibliogr.)
– A. Müller et al., «Jost Bürgi, 1552-1632», in Toggenburgerblätter für Heimatkunde, 34, 1982, 1-51
– J.H. Leopold, Astronomen, Sterne, Geräte, 1986
Jost Bürgi's "Progress-Tabulen" (Logarithmen), nachgerechnet und kommentiert von H. Lutstorf, M. Walter, 1992 (avec bibliogr.)
– L. Oechslin, Jost Bürgi, 2000

Auteur(e): Erwin Neuenschwander / AN